Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 13:08




Si  Ahmed est revenu de Grinouv’ (Grenoble) !

Quelle allure, que de beaux habits et surtout quelle belle 407 de Peugeot toutes options !

Il est revenu passer quelques jours au bled et ainsi passer ici la fête de Laid !

Le premier geste à faire c’est bien sur d’acheter le mouton qu’il va égorger à cette occasion.

C’est plutôt cher lui a-t-on susurré : cinquante mille dinars pour un bon mouton !

Cinquante mille ?

Qu’à cela ne tienne j’en prendrai un bien au dessus de ces cinquante mille, a-t-il répondu.

Eh oui, à son arrivée, il a échangé des euros sur le marché parallèle à raison de 1 euro contre douze dinars ! Les prix de la viande, des légumes et autres ont beau grimper comme d’habitude à la veille des fêtes, lui, il n’en ressent absolument pas les effets !



Il fait ses comptes : cinquante mille dinars c’est l’équivalent de quatre cent euros ! Il pourra bien acheter un mouton moyen qui ne dépassera pas 130euros (ou 15000 dinars) mais il a décidé de lever bien haut la barre pour en mettre justement plein les yeux à tous ceux-là qui lui reprochaient d’avoir abandonné femmes et enfants de Kabylie pour les beaux yeux d’une « tharoumith », une française ! Ils ne savent pas, pensent-il, que cette française-là m’a tout donné jusqu’à cette situation actuelle que beaucoup m’envient !

Si Ahmed est en faite propriétaire en compagnie de sa femme française Madeleine, d’un hôtel classé à Grinouv’ ! Il a bien peiné avant d’arriver à cette situation sociale plus qu’honorable mais il doit tout en réalité à sa femme Madeleine qu’il a épousé dans les années cinquante, juste après son arrivée en France !

Qu’est-ce qui a poussé Si Ahmed à fuir sa Kabylie natale et à tenter cette aventure en terre si froide ? A l’époque la France  avait un énorme besoin de main d’œuvre et faisait largement appel à qui voulait s’y rendre. Les personnes qui s’y sont rendues ont bien gagné leur vie mais Si Ahmed ne s’y est pas rendu spécialement à cause du pain quotidien, c’est pour bien autre chose !

En 1951, Si Ahmed avait à peine dix sept ans et il était déjà marié à son insu par ses parents presque sans savoir à quoi servait bien un mariage sauf peut être pour les relations sexuelles car à son âge, il se posait bien des questions à ce sujet entre deux séances de labours semailles ! Il a même essayé de comprendre pourquoi les bœufs qui  tiraient sa charrue avaient parfois des visites de génisses ramenées dans leur étable familiale par des voisins en quête d’insémination. 



Une fois le mariage consommé, c’est donc avec plaisir qu’il accepta la venue de sa femme qu’il  découvrait ainsi pour la première fois !

-A quoi sert ceci ?  Posa-t-il la question à cette dernière lorsqu’ils se retrouvèrent seuls.

-Ceci sert à cela lui répondit sa toute nouvelle compagne qui, elle, a reçu des leçons du coté maternel avant sa venue.

Il aima bien désormais la compagnie et la vie lui sembla tout à coup si belle ! Le couple eut des enfants et ces enfants commencèrent à grandir !

Si Ahmed, malgré la présence des enfants dans le giron de leurs parents n’était jamais satisfait et demandait toujours plus de plaisir à sa femme qui elle, un peu frigide, ne savait ou donner de la tète.

Et à Tassadit, sa femme, de trouver la parade pour faire éloigner de temps à autre ce bien collant énergumène de mari  jamais rassasié coté relations sexuelles.

Elle se mit donc à faire la prière et à devenir dévote !

Car en faisant la prière il lui fallait normalement faire des ablutions cinq fois par jour, c'est-à-dire avant chacune des cinq prières recommandées.

Cependant l’astuce réside dans le faite qu’elle pouvait faire la prière cinq fois de suite dans la journée (chaque prière étant faite à son heure) avec la même et seule  première ablution du matin ! Il suffit pour cela de rester absolument pure, propre.

Alors à chaque fois que Si Ahmed approchait sa femme en quête de la fameuse chose il se trouvait devant un net refus catégorique : je ne peux pas, je suis en ablutions et je n’ai pas terminé mes prières !

Tassadit était satisfaite du résultat. Elle est toute contente d’avoir enfin retrouvé la paix car Si Ahmed, bien qu’il ne prie pas lui-même, a une peur bleue de devenir maudit en étant la cause des ratés éventuels de prière qu’aurait fait sa femme en acceptant de lui faire l’amour !

Tassadit, poussa même le bouchon jusqu’à refuser de se laisser approcher de nuit car alors là, expliqua-t-elle à son mari,  il lui faudra faire la grande ablution avant de revenir à ses prières !

Si Ahmed, peu à peu, se laissa convaincre que Tassadit avait bien raison : il ne voudrait surtout pas subir les foudres des Dieux et il n’oublie pas que Tassadit, sa femme est une maraboute, c'est-à-dire proche des cieux et ayant même des pouvoirs occultes qu’elle peut très bien exercer contre lui!

Et il a toujours appris à respecter les marabouts car proches de Dieu et pouvant faire beaucoup de mal aux mécréants comme lui qui oseraient enfreindre les lois établies !

Si Ahmed passa ainsi un bon moment de sa vie, sous le joug des règles de sa société en posant lui-même le joug sur le cou des bœufs qu’il utilisait pour labourer sa terre !

Jusqu’au jour béni où il entreprit de « fuir » vers la France !

Là c’est le paradis ! Il y trouva une Madeleine des plus conciliantes déjà en place dans l’hôtel où elle travaillait et qui ne demandait …que ça (exactement ce que refusait Tassadit) !

Il mentit à Madeleine sur sa situation d’état civil et cette dernière accepta de prendre  Si Ahmed comme mari !




A l’époque il n’y avait aucunement problème de papiers ou de nationalité : Si Ahmed était français aux yeux de l’administration et tout fut régularisé en un clin d’œil !

Si Ahmed ne retourna plus au bled ! Des années passèrent, Madeleine et Si Ahmed achetèrent l’hôtel qui les employait jusque là, s’y établirent définitivement et eurent de enfants !

Entre temps un des fils de Si Ahmed, de l’union avec sa femme Kabyle, Tassadit, devenu un grand gaillard vint en France à la recherche de son père !

Il le retrouva à Grinouv’ sur indications de certains compatriotes et alla lui demander de revenir au bled.

Si Ahmed reçut son fils comme il se doit et lui posa une condition pour revenir en Kabylie :

-Demande d’abord à ta mère si elle est toujours sous ablutions !!!

………………………………

Bien sûr, longtemps après, Si Ahmed revint bel et bien en Kabylie (en heros) et dévoila à tous sa situation familiale à Grinouv.


ADOUR ABDELMADJID

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
adour abdelmadjid - dans livres
commenter cet article

commentaires

thanina06 26/02/2009 21:20

C'est l'histoire de la majorité des émigrés algériens jusqu'aux années soixante dix qui fuyaient la misère de la kabylie!
Histoire bien racontée que j'ai lue avec grand plaisir!
Coucou de Béjaia!

patricia 21/12/2008 17:45

j'ai pris grand plaisir à lire cette belle histoire bonne soiree

Saskia 11/12/2008 15:06

et toc ! T'es tagué !!! va voir chez moi...

Idir 10/12/2008 19:09

Grinouv ! Encore un tir à bout portant qui percute.
En fait, c'était pour te dire que notre ami en commun a mis un tag sur mon blog et à mon tour j'ai tagué le tien puisque, parait-il, c'est la règle.

Sherry 08/12/2008 17:21

c'est une histoire que j'ai déjà entendue maintes fois de la bouche de certains amis, l'éloignement du pays pour fournir de la main d'oeuvre, une "double-vie maritale", mais finalement est-ce si grave si ce n'est que les enfants dans tout ça devaient être bien perdus (histoire vécue dans un contexte presque similaire)

Présentation

  • : Le blog de Adour
  • Le blog de Adour
  • : mes romans, mes historiettes, mon jardin
  • Contact

Texte Libre

LES ARTICLES PUBLIES DANS CE BLOG SONT MA PROPRIÉTÉ PERSONNELLE. ILS NE SONT DONC PAS LIBRES DE DROITS SI VOUS VOULEZ UTILISER QUELQUE ARTICLE QUE CE SOIT MERCI DE ME CONTACTER ABDELMADJID ADOUR

Recherche

Catégories

Liens