Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 19:03

lien vers l'article du journal "Le lac Saint-Jean" du25/05/2011

Un hommage à l'amitié et à l'amour



Les auteurs Abdelmajid Adour et Céline Larouche convient la population à leur lancement, ce jeudi, 19h30, à la Bibliothèque municipale d’Alma (photo: Colène Bergeron)

Les auteurs Abdelmajid Adour et Céline Larouche convient la population à leur lancement, ce jeudi, 19h30, à la Bibliothèque municipale d’Alma (photo: Colène Bergeron)

Publié le 25 Mai 2011
Colène Bergeron  RSS Feed

C’est ce jeudi qu’aura lieu, à la Bibliothèque municipale d’Alma, le lancement du livre Avant que nos mémoires… des auteurs Abdelmadjid Adour et Céline Larouche.

Sujets :
Éditions SM , Bibliothèque municipale d’Alma , Algérie , Alma

 

Avant que nos mémoires… est un roman écrit à quatre mains, une première tentative pour ces deux auteurs, qui ont par ailleurs adoré l’expérience. «Je trouve qu’Abdelmadjid apporte de l’exotisme à mon écriture et qu’il l’enrichit», affirme Céline Larouche, coauteure et éditrice de la maison d’édition SM. «Pour ma part, j’ai trouvé très intéressante cette expérience», seconde Adelmadjid Adour. Pour l’instant, ces deux auteurs travaillent sur des projets individuels, mais ils ne refusent pas l’idée de retravailler ensemble éventuellement.

Au départ, Avant que nos mémoires… était une nouvelle portant sur l’amitié entre deux femmes. Céline Larouche s’est par contre laissée porter par ses personnages et l’histoire a évolué, entre autres avec l’aide de M. Adour, pour donner ce roman, qui est «une plongée dans l’eau libre de l’amour et de l’amitié».

Avant que nos mémoires… est un roman en trois volets. Le premier décrit l’amitié entre deux femmes, Chantale et Violette. Le second parle de la perte du conjoint et de l’amie de Chantale et, enfin, le dernier met de l’avant la rencontre de l’héroïne avec un autre homme qui, grâce à sa correspondance empathique, permettra à Chantale de retrouver le bonheur. «Il y a toujours une grande partie de fiction dans mes romans, mais également une très grande part d’autobiographie, raconte Céline Larouche. Cependant, il est difficile, même pour les gens qui me connaissent, de faire la distinction entre le réel et la fiction». Quant à Abdelmajid Adour, il avoue «aime[r] jouer avec la fiction pour mieux mettre en valeur ce qui se passe réellement».

Même si Abdelmajid Adour en est à sa sixième parution, il s’agira de son premier lancement. «Je suis heureux de prendre contact avec les gens d’ici. Je trouve très intéressant de découvrir de nouvelles cultures et de nouvelles façons de penser. Ce lancement, c’est l’occasion de créer de nouveaux liens», confie-t-il.

Les deux auteurs espèrent que le public sera curieux de constater où leur écriture les a menés. «En même temps, les lecteurs auront la chance de découvrir Abdelmajid, avec tout son vécu et son bagage», soutient Céline Larouche.

Abdelmajid Adour est un féru d’histoire qui pose un regard critique et sensible sur «les angoisses, les déchirements, les horreurs que suscite le fanatisme». Ses romans, qui ont tous une base historique, se déroulent en Algérie, terre natale de ce romancier nouvellement arrivé à Alma et déjà sous le charme de ses habitants.  Céline Larouche est une auteure, une poète et une éditrice très active sur la scène littéraire régionale.

Avant que nos mémoires… est la 36e publication des Éditions SM et est disponible en librairie. Les Éditions SM invitent par ailleurs la population à se joindre à Abdelmajid Adour et Céline Larouche lors du lancement d’Avant que nos mémoires…, le 26 mai prochain, à 19h30, à la Bibliothèque municipale d’Alma pour échanger autour d’un café ou d’un verre de l’amitié.

 

Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 13:08




Si  Ahmed est revenu de Grinouv’ (Grenoble) !

Quelle allure, que de beaux habits et surtout quelle belle 407 de Peugeot toutes options !

Il est revenu passer quelques jours au bled et ainsi passer ici la fête de Laid !

Le premier geste à faire c’est bien sur d’acheter le mouton qu’il va égorger à cette occasion.

C’est plutôt cher lui a-t-on susurré : cinquante mille dinars pour un bon mouton !

Cinquante mille ?

Qu’à cela ne tienne j’en prendrai un bien au dessus de ces cinquante mille, a-t-il répondu.

Eh oui, à son arrivée, il a échangé des euros sur le marché parallèle à raison de 1 euro contre douze dinars ! Les prix de la viande, des légumes et autres ont beau grimper comme d’habitude à la veille des fêtes, lui, il n’en ressent absolument pas les effets !



Il fait ses comptes : cinquante mille dinars c’est l’équivalent de quatre cent euros ! Il pourra bien acheter un mouton moyen qui ne dépassera pas 130euros (ou 15000 dinars) mais il a décidé de lever bien haut la barre pour en mettre justement plein les yeux à tous ceux-là qui lui reprochaient d’avoir abandonné femmes et enfants de Kabylie pour les beaux yeux d’une « tharoumith », une française ! Ils ne savent pas, pensent-il, que cette française-là m’a tout donné jusqu’à cette situation actuelle que beaucoup m’envient !

Si Ahmed est en faite propriétaire en compagnie de sa femme française Madeleine, d’un hôtel classé à Grinouv’ ! Il a bien peiné avant d’arriver à cette situation sociale plus qu’honorable mais il doit tout en réalité à sa femme Madeleine qu’il a épousé dans les années cinquante, juste après son arrivée en France !

Qu’est-ce qui a poussé Si Ahmed à fuir sa Kabylie natale et à tenter cette aventure en terre si froide ? A l’époque la France  avait un énorme besoin de main d’œuvre et faisait largement appel à qui voulait s’y rendre. Les personnes qui s’y sont rendues ont bien gagné leur vie mais Si Ahmed ne s’y est pas rendu spécialement à cause du pain quotidien, c’est pour bien autre chose !

En 1951, Si Ahmed avait à peine dix sept ans et il était déjà marié à son insu par ses parents presque sans savoir à quoi servait bien un mariage sauf peut être pour les relations sexuelles car à son âge, il se posait bien des questions à ce sujet entre deux séances de labours semailles ! Il a même essayé de comprendre pourquoi les bœufs qui  tiraient sa charrue avaient parfois des visites de génisses ramenées dans leur étable familiale par des voisins en quête d’insémination. 



Une fois le mariage consommé, c’est donc avec plaisir qu’il accepta la venue de sa femme qu’il  découvrait ainsi pour la première fois !

-A quoi sert ceci ?  Posa-t-il la question à cette dernière lorsqu’ils se retrouvèrent seuls.

-Ceci sert à cela lui répondit sa toute nouvelle compagne qui, elle, a reçu des leçons du coté maternel avant sa venue.

Il aima bien désormais la compagnie et la vie lui sembla tout à coup si belle ! Le couple eut des enfants et ces enfants commencèrent à grandir !

Si Ahmed, malgré la présence des enfants dans le giron de leurs parents n’était jamais satisfait et demandait toujours plus de plaisir à sa femme qui elle, un peu frigide, ne savait ou donner de la tète.

Et à Tassadit, sa femme, de trouver la parade pour faire éloigner de temps à autre ce bien collant énergumène de mari  jamais rassasié coté relations sexuelles.

Elle se mit donc à faire la prière et à devenir dévote !

Car en faisant la prière il lui fallait normalement faire des ablutions cinq fois par jour, c'est-à-dire avant chacune des cinq prières recommandées.

Cependant l’astuce réside dans le faite qu’elle pouvait faire la prière cinq fois de suite dans la journée (chaque prière étant faite à son heure) avec la même et seule  première ablution du matin ! Il suffit pour cela de rester absolument pure, propre.

Alors à chaque fois que Si Ahmed approchait sa femme en quête de la fameuse chose il se trouvait devant un net refus catégorique : je ne peux pas, je suis en ablutions et je n’ai pas terminé mes prières !

Tassadit était satisfaite du résultat. Elle est toute contente d’avoir enfin retrouvé la paix car Si Ahmed, bien qu’il ne prie pas lui-même, a une peur bleue de devenir maudit en étant la cause des ratés éventuels de prière qu’aurait fait sa femme en acceptant de lui faire l’amour !

Tassadit, poussa même le bouchon jusqu’à refuser de se laisser approcher de nuit car alors là, expliqua-t-elle à son mari,  il lui faudra faire la grande ablution avant de revenir à ses prières !

Si Ahmed, peu à peu, se laissa convaincre que Tassadit avait bien raison : il ne voudrait surtout pas subir les foudres des Dieux et il n’oublie pas que Tassadit, sa femme est une maraboute, c'est-à-dire proche des cieux et ayant même des pouvoirs occultes qu’elle peut très bien exercer contre lui!

Et il a toujours appris à respecter les marabouts car proches de Dieu et pouvant faire beaucoup de mal aux mécréants comme lui qui oseraient enfreindre les lois établies !

Si Ahmed passa ainsi un bon moment de sa vie, sous le joug des règles de sa société en posant lui-même le joug sur le cou des bœufs qu’il utilisait pour labourer sa terre !

Jusqu’au jour béni où il entreprit de « fuir » vers la France !

Là c’est le paradis ! Il y trouva une Madeleine des plus conciliantes déjà en place dans l’hôtel où elle travaillait et qui ne demandait …que ça (exactement ce que refusait Tassadit) !

Il mentit à Madeleine sur sa situation d’état civil et cette dernière accepta de prendre  Si Ahmed comme mari !




A l’époque il n’y avait aucunement problème de papiers ou de nationalité : Si Ahmed était français aux yeux de l’administration et tout fut régularisé en un clin d’œil !

Si Ahmed ne retourna plus au bled ! Des années passèrent, Madeleine et Si Ahmed achetèrent l’hôtel qui les employait jusque là, s’y établirent définitivement et eurent de enfants !

Entre temps un des fils de Si Ahmed, de l’union avec sa femme Kabyle, Tassadit, devenu un grand gaillard vint en France à la recherche de son père !

Il le retrouva à Grinouv’ sur indications de certains compatriotes et alla lui demander de revenir au bled.

Si Ahmed reçut son fils comme il se doit et lui posa une condition pour revenir en Kabylie :

-Demande d’abord à ta mère si elle est toujours sous ablutions !!!

………………………………

Bien sûr, longtemps après, Si Ahmed revint bel et bien en Kabylie (en heros) et dévoila à tous sa situation familiale à Grinouv.


ADOUR ABDELMADJID

 


 

 

 

Repost 0
adour abdelmadjid - dans livres
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 07:25

INGRATITUDE  (Extrait de mon roman  à paraitre)


Maria raconte:


« C’est un  monsieur vieillissant qui  a trimé toute sa vie pour réaliser la maison de campagne de ses rêves. Il acheta un grand terrain nu en pleine campagne et le clôtura  avec des rangées de pins. Au milieu de la nouvelle propriété il fit construire sa maison et y habita avec sa femme tout aussi vieillissante. Ils étaient bien  seuls, sans enfants et ce n’est que rarement qu’ils recevaient quelque visite familiale ou amicale impromptue. Ils ressentaient durement l’isolement, la  solitude, eux habitués à la promiscuité et à l’encombrement de la ville qu’ils ont habité durant toute leur vie !

Non loin de la maison, serpentait un petit ruisseau qui traversait de long en large toute la propriété du vieux retraité.  Ce dernier eut l’idée de construire un petit barrage sur le lit du ruisseau et de confectionner ainsi une retenue d’eau de sorte à en faire un tout petit lac ! L’idée était géniale et sa femme l’a encouragé à la mettre en pratique. Aussitôt dit aussitôt fait, moyennant quelques travaux et une coquette somme d’argent dépensée, le projet fut rapidement réalisé. Le décor, une fois planté en valait le coup !

Quelque temps après l’installation du couple dans leur nouveau foyer, le vieux considéra qu’il fallait donner de la vie à son nouveau petit lac et  se mit à ramener des poissons qu’il introduisit  dans l’eau. Ses poissons portaient tous un nom et le vieux en a fait son occupation favorite : Il les nourrissait, leur parlait, les comptait, les appelait. Il passait un temps fou à les entretenir avec l’aide de sa femme ! Le vieux couple était aux anges !

Le vieux ressentit, par la suite le besoin de construire un genre de débarras pour garder tout près de l’eau tout le matériel dont il avait besoin pour travailler dans les environs immédiats du lac, c’est à dire qui lui permettrait de trouver sous la main les ustensiles nécessaires sans aller les chercher fastidieusement à la maison.

Une cabane en dur, une maisonnette confortable avec un garage pour le matériel et un étage meublé pour une éventuelle sieste vit le jour  rapidement.

Grâce à son lac et à sa cabane, le vieux et sa femme trouvèrent une occupation ludique mais après un certain temps la solitude et ce sentiment  de manquer d’air refirent surface !

Un jour il dit à sa femme :

-Tu sais, la vie est vraiment  tordue. Cette vie de château que nous permet la nature serait tellement la plus bienvenue pour un jeune couple. Imagine des jeunes ici en train de courir et de draguer, de roucouler et de s’attraper en s’ébattant joyeusement dans l’herbe, de chanter, de faire l’amour, de vivre quoi.  Ce n’est guère le cas pour nous ! Oui, la vie est vraiment tordue! Quand nous avions la force et la bonne santé, nous manquions de moyens et maintenant que les moyens sont là, nous manquons de force et de santé.

Non ! Nous sommes trop seuls ici et alors il faudra soit revenir habiter en ville, soit trouver quelque locataire pour nous soutenir et nous aider, au cas où, Nous n’avons plus vingt ans, tu sais. 

Peu de temps après, le vieux trouva bien quelqu’un en ville qui ferait l’affaire : c’est un couple de jeunes nouveaux immigrés heureux de trouver enfin où loger, tout dévoués et conscients de leur mission d’apporter un soutien au  vieux couple de propriétaires qui s’engagea  à ne recevoir au retour qu’un modeste et symbolique loyer !

Une fois bien installé, la première action du jeune locataire fut de confectionner une ligne pour pêcher à partir de la fenêtre de la cabane qu’il habitait désormais...... les poissons du lac que le vieux affectionnait tant et auxquels il avait donné un nom à chacun…..

Il pêchait et sa femme s'occupait de faire la cuisine ……..Jusqu’au jour où le vieux, de passage près de la cabane ; sentit une étrange odeur de friture de poisson…………. »


-Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Yiker qui ecoutait jusqu'alors, interessé, rigola sans retenue !

Maria, après avoir terminé de raconter sa petite histoire, s’étonna de la réaction de son mari qui n’arrêtait pas de se tordre de rire !

Elle ne dit rien et sortit en coup de vent, visiblement  irritée par la réaction de son mari.

La différence de conception des choses de la vie les plus élémentaires, était là bien présente, flagrante au vu de la réaction  spécifique de chacun des deux personnages, de bords différents, de cultures différentes.

L’une chagrinée par tant d’ingratitude était révoltée et l’autre trouvait matière à  rigoler : de petites choses ajoutées à d’autres, qui conduisent inéluctablement à la séparation !


                                                     "petit à petit l'oiseau detruit son nid"(malheureusement)

 

 

ADOUR ABDELMADJID

Repost 0
adour abdelmadjid - dans livres
commenter cet article
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 18:30

















MARIAGES MIXTES

Après les paillettes et les douces promesses que permet l'amour, voici venu le temps de compter les différences et d'en tenir compte dans la vie de tous les jours, dans l'éducation religieuse ou autre des enfants à cheval entre deux cultures, deux religions, deux façons de voir les choses. Après coup, il faut savoir accepter l'autre sous un autre visage que celui connu lors de l'effervescence amoureuse et il faut savoir gérer la nouvelle vie! Si le mariage réussit, c’est bon et c’est parce que une partie ou l’autre du couple aura été capable de dépasser les dissimilitudes et d’avoir été plus que tolérante mais si le contraire est avéré, il faut subir alors les affres de l’animosité et parfois des batailles judiciaires qui s’ensuivent si l’on a au préalable échappé à la condition de femmes battues et aux scènes de violences qui laissent en général toujours des séquelles !

Alors ?

Alors il faut parfois essayer de vaincre cet instinct d’animal en rut qui nous prend des fois et d’être lucide au point de pouvoir faire la part des choses au départ d’une idylle amoureuse !

C’est Sénèque, précepteur de Néron qui a si bien dit : « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait ! » Malheureusement les regrets arrivent toujours trop tard, n’est ce pas !

Ceci est le thème de mon roman " la musulmane de Suède" publié chez Publibook (www.publibook.com) et disponible sur Amazon.fr ou Fnac.fr ou Chapitre.com



Repost 0
ADOUR ABDELMADJID - dans livres
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 09:43
MARIAGES MIXTES

Après les paillettes et les douces promesses que permet l'amour, voici venu le temps de compter les différences et d'en tenir compte dans la vie de tous les jours, dans l'éducation religieuse ou autre des enfants à cheval entre deux cultures, deux religions, deux façons de voir les choses. Après coup, il faut savoir accepter l'autre sous un autre visage que celui connu lors de l'effervescence amoureuse et il faut savoir gérer la nouvelle vie! Si le mariage réussit, c’est bon et c’est parce que une partie ou l’autre du couple aura été capable de dépasser les dissimilitudes et d’avoir été plus que tolérante mais si le contraire est avéré, il faut subir alors les affres de l’animosité et parfois des batailles judiciaires qui s’ensuivent si l’on a au préalable échappé à la condition de femmes battues et aux scènes de violences qui laissent en général toujours des séquelles !

Alors ?

Alors il faut parfois essayer de vaincre cet instinct d’animal en rut qui nous prend des fois et d’être lucide au point de pouvoir faire la part des choses au départ d’une idylle amoureuse !

C’est Sénèque, précepteur de Neron qui a si bien dit : « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait ! » Malheureusement les regrets arrivent toujours trop tard, n’est ce pas !

Ceci est le thème de mon roman " la musulmane de Suède" publié chez Publibook (www.publibook.com) et disponible sur Amazon.fr ou Fnac.fr ou Chapitre.com
Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:46

Pourquoi cette  impression d’être seul même entouré ?

Vous arrive-t-il de vouloir aller habiter seul sur la lune ?

Vous arrive-t-il de vouloir déchirer vos vêtement tellement vous étouffez dans cette atmosphère de routine, de rituel, de coups bas, de peur de l’autre, de peur de soi-même !

Vous arrive-t-il de vouloir trouver refuge chez Lui, là-haut en vous adressant à lui: « J’ai tant  prié, Tu n’as pas daigné me répondre ! »

C’est dangereux de cultiver la solitude ! Il faut aller vers son prochain ! C’est la solution !

Ecrivez-moi, nombreux : je suis tellement seul !!

  

Repost 0
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 14:33
Je dedie le poème de mon précedent article à tous ceux qui aiment la langue française. J'aimerai avoir les reactions de tous mes amis qui visitent mon blog
A bientôt
Repost 0
adour abdelmadjid - dans livres
commenter cet article
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 14:14

Dona…. Madonna,
Don de Dieu !
Du haut de ton éminence
Ici jalousée ( !)
Et de l’abysse de ma différence, 
Mon regard ardent
S’abreuve de  ton coruscant
Te  magnifie à sens unique, toi   

La Patricienne
De mes aspirations !

Assujetti depuis des générations !
Quémandant  
Quelque bouée sauveuse
Pour immuniser mon ego,
Je briserai à coup de missile
Longue portée,
Les servitudes qui répriment
Mon émancipation !
Las d’être soumis à celui-ci
Puis à celui-là
Alors qu’en face
Il y a toi !                                               
Eminente.

Émérite.

Que lumière,  en moi
Se génère
Par ton esprit,
Ton génie
Et tes lettres  !
Pour étancher
Ma soif d'inculte !
Pour imiter, concevoir
Les  lacis du savoir
Par toi  essartés depuis des lustres !
Pour conjurer ces démons,
Ces  rustres
Pontifes de l’obscurité !
Qui assassinent les étoiles !

Du goût, du raffinement,
Gerbe de cytises !
De  la pureté de ton expression,
Harmonie séraphique !
De ton accent insolent
De  tes valeurs et blasons
De ton  affection,
De  tes tares même,
De tes imperfections
Je suis épris, 
Passionnément 
Irrémédiablement !

Langue adulée !
Pierre en tout précieuse
Fors en sentiments
Réprouvée ici pourtant
Ton soupirant
A sens unique                                        
Te clame haut
Sa flamme,
Son amour avéré
Si tu condescends
A le souffrir !
Toi Langue de Molière
Madone séraphique

Tu as  contribué
A mon déchirement !
Quête d’identité,
Je suis fier pourtant
De prendre parti pour toi !
De  déployer ton label
Immarcescible en moi !
De te déclarer allégeance
De saisir la pertinence
D’être claustré dans ton 
rang
Toi, Langue de Molière
Madone  révérée

Ceux-là même,  que ton sein a nourris,
Privilège d’en frôler l’aréole,
Qui savourent  ton opulence,                           
Qu’ils désavouent du reste,
Ne peuvent
Te magnifier
Comme moi, de loin
Je te glorifie 
En  esquissant tes lexies
Soyeuses caresses,
Jouissant comme l’on éjaculerait
D’une femme tant désirée !
Parce qu’écrire est un acte sexuel !
Je te respire !
Toi, Langue de Molière
Madone estimée

     

 

 

Repost 0
adour abdelmadjid - dans livres
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 11:38
Je publie ci dessous, en primeur, un extrait de mon roman "Sequestrée pour mariage de jouissance" que je compte publier bientôt, le manuscrit étant déjà au niveau du comité de lecture de ma maison d'édition.
J'invite tous mes amis de passage sur mon blog à le lire et à m'en faire un commentaire,
Bonne lecture et merci pour vos réactions
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Adour
  • Le blog de Adour
  • : mes romans, mes historiettes, mon jardin
  • Contact

Texte Libre

LES ARTICLES PUBLIES DANS CE BLOG SONT MA PROPRIÉTÉ PERSONNELLE. ILS NE SONT DONC PAS LIBRES DE DROITS SI VOUS VOULEZ UTILISER QUELQUE ARTICLE QUE CE SOIT MERCI DE ME CONTACTER ABDELMADJID ADOUR

Recherche

Catégories

Liens